Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog d'alain à Udon Thani
  • Le blog d'alain à Udon Thani
  • : Des renseignements pour vivre en Thailande La vie d'Alain à Udon Thani avec GIFT vivre sa retraite en Thaïlande
  • Contact

Profil

  • alainest
  • Né sous la IVème république (le jour de la fermeture des maisons closes). J'ai tenté l'expérience de vivre ma retraite dans le nord-est de la Thaïlande à Udon Thani
 Si vous passez par Udon la bière est au frais
  • Né sous la IVème république (le jour de la fermeture des maisons closes). J'ai tenté l'expérience de vivre ma retraite dans le nord-est de la Thaïlande à Udon Thani Si vous passez par Udon la bière est au frais

Combien de baths

Rechercher Dans Mon Blog

Sabai Sabai

 
Pour connaître le prix des carburants il suffit de cliquer ci-dessous
http://www.eppo.go.th/retail_prices.html
 

Archives

traduction du blog et météo à Udon Thani

Google-Translate-English to French Traduire français en Arabic Google-Translate-Chinese (Simplified) BETA Traduire français en Arabic Traduire français en Arabic Traduire français en Croatian Traduire français en Czech Traduire français en danish  Dutch Traduire français en Finnish T German Traduire français en Greek Traduire français en Hindi  Traduire français en Italian Google-Translate-English to Japanese BETA Traduire français en Korean BETA Traduire français en Norwegian Traduire français en Polish Traduire français en Portuguese Traduire français en Romanian Traduire français en Russian Traduire français en Russian BETA Traduire français en Spanish Traduire français en Swedish
27 janvier 2013 7 27 /01 /janvier /2013 11:03

 

 

Les éditions Gope ont encore frappé avec ce nouveau livre écrit par Cyril Namiech.  Ce livre plein d'humour vous fera passer un bon moment.

 

127 pages pour 11,55€.

 


Cyril Partage sa vie entre Paris-Bangkok-Chiang Mai,

 

 

Cyril Namiech

 

 

Thaïlande guili-guili est ..... disponible !

En vente sur ce site, ou sur AMAZON.FR, FNAC.COM et CHAPITRE.COM, Thaïlande guili-guili est disponible sur commande chez votre libraire préféré.

 

Couv-Thailande-guili-guili_HR.jpg

 

L'approche de l'introduction des personnages dans le premier chapitre est curieuse et intéressante. quelques ligne :

 

NOS CHÉRIES NOUS ATTENDENT
NOUS PLEURONS. Il y a encore quelques heures, nous étions
en Thaïlande – certains agrippés aux nichons d’une fille,
d’autres à siroter une bière en présence de celle à qui on a
promis de revenir le plus vite possible, et d’autres, enfin, à
prier Bouddha, Jésus ou Allah pour qu’un nuage de cendres
dégagé par l’éruption soudaine d’un volcan entraîne
la fermeture de l’espace aérien et leur octroie de facto une
semaine supplémentaire au Pays du sourire. Nous nous
appelons John, Otto, Pablo, Akim, Jacek, Philippe ou
Massimo. Nous sommes originaires d’Europe, d’Amérique
et d’ailleurs. Nous sommes venus en Thaïlande pour :
a) profiter du soleil, de la mer et du sable chaud – avec,
bien sûr, le sexe qui va avec ;
b) trouver l’amour – avec, bien entendu, le sexe qui va avec ;
c) faire blanchir nos dents à un prix défiant toute concurrence
pour, ensuite, distribuer des sourires à la pelle
dans les bars et les discothèques de Ko Samui ;
d) participer à un séminaire sur l’affaissement des sols argileux
de la capitale thaïlandaise – un prétexte comme un
autre pour coucher avec une jeune et jolie autochtone ;
e) avoir autre chose qu’un club de football à aimer – et faire
l’amour à cette autre chose autrement qu’en vociférant :
« Paris, Paris, on t’encule ! »
Notre Boeing est en pleurs. Il pleut des larmes audessus
de la Birmanie, de l’Inde, du Pakistan, de l’Ukraine…
tous ces pays que nous survolons sur la route du retour et
que nous irriguons de nos larmes d’amour, lesquelles, à la......................................

 

 

  • J'ai dévoré ce livre, plein d'humour et de tendresse, mais comme je suis loin d'avoir la plume d'un critique littéraire je laisse la parole ou plutôt le clavier à certains blogueurs qui ont également apprécié ce livre.

Sur le site Voyageurasie http://voyageurasie-soleillevant.blogspot.fr/2013/01/roman-thailande-guili-guili-lecture.html

 

Je me suis dit:
Encore un roman sur les relations amoureuses au PDS, un de plus.
Un titre laissant présager du lourd de salle de garde.
Un format inhabituel qui ferait sourire les amateurs de beaux ouvrages a étagères
Mais, connaissant le sérieux des éditions GOPE,
Je me suis dit : Pourquoi pas ?
Et alors ?
Alors,
Thaïlande Guili-Guili c’est le renouveau dans le genre,
Prevoyez une réserve de mouchoirs car vous allez pleurer, pas des larmes de sel, mais de rire.
Des textes avec la lucidité d’un Franco Guido** (Les larmes de bouddha) mais, avec la verve et l’humour d’un Yvan Audouard.
Des personnages et des situations délirants et ubuesques.
Il y en a pour tout le monde farang et Thaïlandais (ses) et,
Tous les goûts si j’ose m’exprimer ainsi.
Il y a des mots grossiers certes mais, qui dans ce contexte ne le sont pas.
Va-t-on reprocher à un Toulousain de rajouter C.. à la fin de sa phrase ou,
De même,  Oh P….n ! à un Marseillais ?
Et puis le plus important :
Thaïlande Guili-Guili déborde de tendresse.
Mesdames rassurez-vous ce n’est pas un roman macho-bobo, vous n’êtes pas oubliées,
Après lecture, vous ne verrez plus les mototaxi avec le même regard, ni les voyages en avion non plus.
Vous en dire plus vous lèverait le plaisir de la découverte,
Entre autre à quoi rêvent les jeunes Thaïlandaises.
[...]

 

 


Sur Thailande GUILIGUILI     http://thailandeguiliguili.blogspot.com/

 

L’écriture de Cyril Namiech repose sur trois jambes : à gauche le rire, à droite la Thaïlande et au milieu, le sexe. Et ça marche ! Au final, c’est un moment de détente assuré, un moment qui chatouille au niveau du bas-ventre, grattouille l’hypocrisie puritaine et fait des papouilles aux sentiments amoureux.

Certes, le sexe est au centre de ses romans et de ses nouvelles. Mais il ne s’agit en rien de pornographie, ni même d’érotisme. L’auteur parle de sexe sans détour, sans pudeur, sans faux-semblant, sans discours, sans morale mais également sans vice et sans vulgarité. Le voile tombe pour laisser surgir et se réaliser les fantasmes, pour balayer les frustrations, pour faire émerger les refoulements, pour exulter la sensualité. Le sexe, comme moyen, surtout et avant tout, de mener à l’amour. L’amour idéalisé. « Nous sommes venus en Thaïlande pour trouver l’amour – avec, bien entendu, le sexe qui va avec », déclarent unanimement les passagers de l’avion parti de Bangkok.
C’est que, pour l’auteur, la Thaïlande est le lieu idéal pour y parvenir. Pays voluptueux et pudique à la fois où la douceur du climat, les sites romantiques, la mer amniotique, la nourriture épicée, la pénombre des bars mettent la libido et le cœur en éveil. Pays où les femmes sont reines. Et que l’on ne s’y trompe pas, ce sont elles qui mènent la danse de l’amour, même si le point de vue d’homme européen, généralement choisi par l’auteur, semble les placer au seul rang d’objet de désir.
C’est une écriture non pas marginale mais décalée qui a pour objectif essentiel de plaisanter et de faire rire. Non sans cynisme, d’ailleurs. Une écriture au style enlevé où les mots ont un jeu, une musique, une poésie. Les mots jouent, en effet, mais sans pudibonderie et sans tricherie ; les mots chantent, assurément, mais sans lyrisme ; les mots peignent, mais sans académisme, sans abstraction et sans surréalisme, également. On reste dans le concret, dans le vécu. Le concret du comique de situation et des jeux de l’amour. Et l’auteur qui, depuis son adolescence, passe le tiers de son temps en Asie, sait de quoi il parle.
Comme dans ses tableaux, Cyril Namiech travaille en pleine matière et avec force relief. Mais dans ses écrits, la matière est la chair : la chair libérée de ses tabous castrateurs, des préjugés et interdits qui inhibent, des affres de l’âge et des handicaps qui annihilent la capacité de séduire. La chair qui donne à chacun sa chance. La chair, avec sa fragilité et ses faiblesses aussi. La chair qui, finalement, fait triompher les sentiments.

 

 


et pour terminer un dernier extrait :

 

JAM, MON AMOUR
JE NE CESSE DE PENSER À ELLE. Je pense à elle aux toilettes,
sous la douche, en me rasant, au volant de ma voiture,
en promenant mon chien, à vélo, à skis, en mangeant, en
fumant, en dormant et même en faisant l’amour à Sophie,
mon épouse. Je pense à elle jour et nuit en espérant secrètement
qu’elle vienne un jour frapper à ma porte :
« Darliiiiing! » Elle, c’est Jam. Je l’ai rencontrée en Thaïlande,
à Pattaya, dans un go-go bar de Soi Diamond, le
Green Light – devenu depuis, si mes informations sont
bonnes, le Paris Super A Gogo. C’était le 26 août 1990.
J’observais les cinq danseuses opérer timidement sur la
scène centrale du bar. Aucune ne m’avait tapé dans l’oeil.
La 21 avait pourtant un joli visage. Cependant, son cul
était bien trop gros – je n’en pince que pour les petits culs.
Jam m’est alors apparue, délicieuse et féline, vêtue d’un
simple string léopard et chaussée de cuissardes noires à
talon vertigineux, le numéro 25 tatoué sur le sein gauche :
« How are you? » Avant même de lui répondre, je suis
tombé amoureux d’elle. Un véritable coup de foudre ! Jam
s’est assise à mes côtés, m’a pris la main et, de sa grande
bouche aux lèvres charnues, m’a offert un superbe sourire…
sourire prélude à nos embrassades, sourire annonciateur
de la jouissance, sourire présage de la passion. J’ai dû mettre
deux ou trois minutes avant de lui répondre : « I’m fine! »
J’ai aujourd’hui 42 ans. Je suis marié à Sophie depuis
1995. Ensemble nous avons eu deux enfants, Marie et
Jérémy. Nous sommes propriétaires d’une maison de type
F5 à Dammartin-en-Goële, non loin de l’aéroport de
- 28 -
Roissy où Sophie et moi travaillons, elle comme superviseur
d’escale et moi comme informaticien. Nous gagnons
relativement bien notre vie, roulons chacun dans une voiture
allemande de moins de trois ans et nos enfants sont
scolarisés dans une école privée. Le crédit de notre maison
finissant dans quatre ans, Sophie aimerait acheter un studio
à Paris « pour permettre à nos deux grosses têtes de
poursuivre leurs études supérieures dans les meilleures
conditions » – Marie, 14 ans, veut devenir vétérinaire et
Jérémy, 11 ans, se verrait bien pilote de ligne. Avec Sophie,
alors que nous faisions encore l’amour de façon régulière –
disons au moins une fois par semaine –, nous avions envisagé
la venue d’un bébé. Sophie, qui voulait progresser
dans sa carrière, a finalement décrété que deux enfants
étaient suffisants –

 

Pour quelques euros vous allez passer un très bon moment.

 

 

Autres livres des éditions GOPE

 


 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by alainest
commenter cet article

commentaires

christiane 24/02/2013 15:42


un petit essai sur ton blog je te fais un bisou

alainest 26/02/2013 05:20



merci ma soeur



pierre franke 28/01/2013 12:41


Cela fait plaisir de te lire a nouveau, il y a si longtemps que je n'avais plus de nouvelles.J'ai vu que tu étais plongé dans la lecture, ce qui est aussi un bon passe temps.


amities 


Peter

alainest 01/02/2013 05:15



merci de me suivre 


 


amicalement


alain


 



Eric 27/01/2013 16:30


Bonjour,


Beaucoup de plaisir à retrouver un article sur votre blog après un long silence qui commençait à m'inquiéter !


Eric

alainest 01/02/2013 05:17



merci de s'inquietier


 


très cordialement


alain



royer kimy sukanya et michel toulouse et udon. 27/01/2013 11:26


Bonjour Alain,


ce livre me paraît très intéressant et surtout très révélateur.


Bonne lecture, à plus.

alainest 01/02/2013 05:18



bonjour les Toulousins


amicalement


alain



Nb visite depuis création blog

Nombre de personnes s'étant égarées sur mon blog.

 


Visiteurs en temps réel

 

Google analytique