Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog d'alain à Udon Thani
  • : Des renseignements pour vivre en Thailande La vie d'Alain à Udon Thani avec GIFT vivre sa retraite en Thaïlande
  • Contact

Profil

  • alainest
  • Né sous la IVème république (le jour de la fermeture des maisons closes). J'ai tenté l'expérience de vivre ma retraite dans le nord-est de la Thaïlande à Udon Thani
 Si vous passez par Udon la bière est au frais
  • Né sous la IVème république (le jour de la fermeture des maisons closes). J'ai tenté l'expérience de vivre ma retraite dans le nord-est de la Thaïlande à Udon Thani Si vous passez par Udon la bière est au frais

Combien de baths

Rechercher Dans Mon Blog

Sabai Sabai

 
Pour connaître le prix des carburants il suffit de cliquer ci-dessous
http://www.eppo.go.th/retail_prices.html
 

Archives

traduction du blog et météo à Udon Thani

Google-Translate-English to French Traduire français en Arabic Google-Translate-Chinese (Simplified) BETA Traduire français en Arabic Traduire français en Arabic Traduire français en Croatian Traduire français en Czech Traduire français en danish  Dutch Traduire français en Finnish T German Traduire français en Greek Traduire français en Hindi  Traduire français en Italian Google-Translate-English to Japanese BETA Traduire français en Korean BETA Traduire français en Norwegian Traduire français en Polish Traduire français en Portuguese Traduire français en Romanian Traduire français en Russian Traduire français en Russian BETA Traduire français en Spanish Traduire français en Swedish
12 octobre 2012 5 12 /10 /octobre /2012 08:15

Éditions GOPE, 240 pages, 13x19 cm, 17.85 €, ISBN 978‐2‐9535538‐8‐8

 

 

Table des matières

 

 

Introduction, page 3
Autant en emporte l'Orient, John Burdett, page 11
L’inspecteur Zhang et le meurtre du gangster thaï, Stephen Leather, page 29
Mille et une nuits, Pico Iyer, page 71
Crâne-Coupé, Colin Cotterill, page 83
Dauphins S.A., Christopher G. Moore, page 103
Une femme libérée, Tew Bunnag, page 129
Hansum man, Timothy Hallinan , page 147
Le jour s’est levé…, Alex Kerr, page 169
La mort d’une légende, Dean Barrett, page 183
L'épée, Vasit Dejkunjorn, page 199
Bras de fer autour d'une glacière, Eric Stone, page 211
Canicule mortelle, Collin Piprell, page 229

 

Bkk-Noir_.jpg

 

 

Les Editions Gope ( David Magliocco) ont en encore frappée avec ce recueil de nouvelles écritent par : John Burdett, Christopher G. Moore, Colin Cotterill, Stephen Leather, Pico Iyer, Timothy Hallinan, Dean Barrett, Eric Stone, Tew Bunnag, Alex Kerr, Vasit Dejkunjorn, Collin Piprell.

 


Ces 12 histoires, écrites par des auteurs anglo-saxons et thaïlandais, vous révéleront les côtés obscurs de cette grande ville asiatique où la vie d'une grande partie des habitants semble bien loin du paradis que suggère son nom thaï, Krungthep, la Cité des Anges.

 

Il faut dire que j'ai adoré et dévoré ce livre (à part peut être "Dauphins S.A,", qui n'est pas mon genre de littérature).

 

A part cette remarque vous pouvez acheter ce liver les yeux fermées vous passerez de très bon moments (noirs).

 

Un extrait de ce livre capté sur le le site dédié à ce livre  http://bangkoknoirgope.blogspot.com/

 

 

La mort d’une légende, Dean Barrett

 

Dean Barrett a plusieurs cordes à son arc : écrivain, dramaturge, photographe, journaliste. Il est connu à Bangkok, et notamment dans le quartier chaud de Soi Cowboy, à la fois pour ses facéties, son goût inconditionnel pour tout ce qui porte une minijupe (ou un sarong, un longyi, une cheongsam, un kimono, un bikini, etc.) et ses thrillers asiatiques. Ces derniers ont la réputation d’être faciles à lire, captivants et bien documentés.
La mort d’une légende ressemble beaucoup à une pièce de théâtre, en un acte et trois scènes : l’action se déroule dans un appartement, les personnages entrent et sortent, les dialogues sont enlevés et prédominants.
Dean Barrett en a en effet repris Death of a Legend, une petite pièce de théâtre de 15 minutes, écrite en 1997, dont l’action se déroule dans un appartement à Manhattan. Il y a incorporé des éléments qui lui donnent une couleur typiquement thaïe.
Tout commence dans le living-room d’un appartement pouilleux, dans un immeuble délabré d’un quartier chaud de Bangkok.
Il fait jour. Les stores sont baissés, mais ne peuvent masquer la misère des lieux.
Un homme d’un certain âge, assis sur une chaise, nettoie méticuleusement son arme, sur la table du salon. Entre alors un jeune, à peine sorti de l’adolescence…
Ainsi, dans une même pièce, se retrouvent deux hommes.
Deux tueurs à gages.
Un contrat.
S’engage alors un huis clos entre ces deux êtres, le vieux routard et le novice. 
Deux hommes, deux générations, pour une même mission, pour un même contrat. 
Deux tueurs. Une victime. 
Deux chasseurs. Une proie.
Mais les apparences sont bien souvent trompeuses et Bangkok n’échappe pas à cette règle universelle. Bien loin s’en faut.
Alors qu’un macabre pas de deux s’engage, le rythme s’accélère.
Dans la chaleur. Dans la misère.
La rencontre entre ces deux hommes, entre ces deux générations, aboutira-t-elle à une collaboration ou au contraire, à une confrontation ?
Quelle est la destinée de ce binôme improbable ? Erreur de casting ou coup de génie ?
Dans cet appartement pouilleux, perdu dans la ville, quand la danse s’achèvera, les lignes auront-elles bougé ? 
Qui sera le chasseur ? Qui sera la proie ?
Extrait :
On frappa à la porte, discrètement, avec hésitation. Imperturbable, l’homme continuait son ouvrage. Sa voix était grinçante et bourrue, sans doute un héritage de toutes ces années où il avait fumé :
« Ouais. »
Silence.  On frappa une nouvelle fois. Juste un tout petit peu plus fort.
« Ouais ! »
La porte s’ouvrit, lentement, et un jeune Thaïlandais entra avec précaution. Il était mince, âgé d’une vingtaine d’années et portait une veste qui devait coûter un paquet de fric, une chemise à manches longues et un pantalon impeccablement repassé. Ses chaussures en cuir semblaient avoir été lustrées. Son teint était beaucoup plus clair que celui du géant. Il essayait d’adopter une attitude cool et nonchalante, cependant, tout en lui transpirait la nervosité. Il regarda le colosse pendant quelques secondes, ferma la porte, puis jeta un coup d’œil à la pièce.
« Tu ne fermes pas la porte à clé ?
— Si tu le dis.
— Et si ça avait été lui ?
Pour la toute première fois, l’homme, sur sa chaise, leva les yeux et regarda le jeune homme. Puis, il reprit le nettoyage de son arme.
— Lui ?
— Le type qu’on doit descendre ! C’est une légende !
— Les légendes meurent, petit. Comme tout le monde.
— Mais il aurait pu débarquer plus tôt et…
— Et quoi ? rétorqua le géant qui cessa son activité quelques secondes pour plonger son regard dans celui du garçon.
T’inquiète, petit. Il est connu pour sa ponctualité.
Le jeune homme hésita, puis se dirigea vers le colosse. Il lui tendit la main. L’autre l’ignora.
— Je m’appelle Sombat Ti…
— Ne dis pas ton nom. Ne dis jamais ton nom. Ça fait com-bien de temps que tu es dans le business ?
— Euh… je… ça fait un bail… Alors, ça fait combien de temps que tu es là ?
— Un certain temps. Wichai t’a engagé ?
— Ouais, Wichai
— Qu’est-ce qu’il t’a dit ?
— Sur quoi ?
— Sur le coup !
— Juste que le type fait ce qu’on fait. Et que c’est le meilleur.
— Et qu’est-ce qu’on fait ?
Le garçon se redressa et commença à se pavaner :
— Ben, tu sais. Éliminer les obstacles. Régler les différends. Résoudre les problèmes. De façon permanente… comme quand j’ai réglé son compte à Kaeochart.
— C’est toi pour Kaeochart ?
— Ouais, c’est moi. T’en as entendu parler, hein ?
— Petit, tout le monde dans le métier a entendu parler de Kaeochart. En plein milieu du parc Lumpinee. Le tireur est descendu de sa moto, est passé à côté des gardes du corps du gars, l’a exécuté puis est retourné tranquillement à sa moto et s’est tiré. Il ne les a pas lâchés du regard pendant tout ce temps ; les mecs avaient trop les pétoches pour bouger.
— Ouais. Ouais, ça s’est passé comme ça. C’était cool… couillu.
Le garçon s’interrompit, histoire de s’admirer dans le miroir, puis regarda le géant dans le reflet.

 

 

 

Bkk-Noir2.jpg

 

 

D'autres critiques de ce livre ici :

 

Sur black Novel .........................http://black-novel.over-blog.com/article-bangkok-noir-recueil-de-nouvelles-editions-gope-109438005.html

 

Sur Soleil vert .......................http://www.librairiesoleilvert.com/article-christopher-g-moore-antologie-bangkok-noir-2011-108348990.html

 

Sur livre de Thailande................http://thailande-fr.biz/shop/nouvelles/bangkok-noir#.UHd3Hq4QW4o

 

Sur romantic Bangkok..............http://romanticbangkok.blogspot.com/2012/05/bangkok-noir.html

 

 

Et ne pas oublier

 

Autres livres des éditions GOPE

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Jean-Louis Vosgien 28/10/2012 14:53


Bonjour Alain


Depuis quelques temps je suis votre si interessant blog. Merci pour cela. Depuis quelques semaines je me suis installe a Pattaya. J'ai fais la connaissance d'une thailandaise et nous avons decide
de vivre ensemble. Elle aimerait avoir des renseignements et des precisions a propos de la caisse CFE dont je lui ai parle. Serait-il donc possible qu'elle puisse communiquer par telephone avec
votre femmme Gift ? Cela serait tres gentil de votre part et de sa part de pouvoir la renseigner. Si vous me donner son numero de telephone mon amie pourra l'apeller a sa convenance.


Je vous remercie cher Alain de votre obligeance et j'espere vous rencontrer si je passe a Udon Thani.


Jean-Louis Vosgien

alainest 10/11/2012 10:42



oui sans probleme tu peux m'appeler au 08 56 00 86 90          mais ma femme n'y connait rien c'est moi gère tout


cordialement



Bulle de Champagne 23/10/2012 12:49


Salut Alain.  Est-ce que trouves de la littérature et des revues en français en Thaïlande ?  Parce qu'ici aux Philippines, que dal, rien, niet, schnoll, nada, zéro...


A bientôt.


Bulle


 

alainest 10/11/2012 10:47



commande les livres par la FNAC c'est du Hors taxe


cordialement


 


alain



David Magliocco 21/10/2012 16:03


Merci Alain !


Pour continuer votre immersion dans les profondeurs enténébrées de la Cité des Anges : "Navigating the Bangkok Noir" de Chris Coles.


Information ici http://navigating-the-bangkok-noir-gope.blogspot.fr/

alainest 10/11/2012 10:47



merci pour le lien



Chris 15/10/2012 01:24


Ah ! Je comprends mieux ton absence du blog. Tu t'es fait ermite pour entrer en Lecture. BANGKOK NOIR acheté sur
Fnac.com à -5% de son prix en France. Mais pas encore lu car pas en villiégature pour le moment.

alainest 16/10/2012 05:42



merci Chris



Dédé http://asie-ah-oui.over-blog.com/ 13/10/2012 17:02


MERCI pour l ' article .


Bangkok en noir c ' est un point de vue .


Personnellemnt je préfère voir BKK en rose . Arrivé à Lat Kra Bang vite au resto du coin , un plat de nouilles aux crevettes , une petite bière . Elles sont pas belles les petites nanas qui
rigolent ?


C 'est vrai je pourrais voir les chiens galeux , les troittoirs crasseux et les égouts qui puent .


Mais non !!!  Je préfère la vie en rose .


MERCI pour les nouvelles , cela fait longtemps qui tu n ' avais rien écris , mais je ne fais pas mieux sur mon blog . Difficile de trouver du temps ....


A bientôt

alainest 16/10/2012 05:43



merci pour gentil commentaire



Nb visite depuis création blog

Nombre de personnes s'étant égarées sur mon blog.

 


Visiteurs en temps réel

 

Google analytique